Copyright © 2017. Tous droits réservés.Contactez l'auteur à:a.debordes@laposte.net

Restauration d'un ancien poste de radio "RADIO LL"

... Voila un Radio-LL qui était à peu près complet mais bien rouillé...

LE DEMONTAGE 

J'ai commencé par un bon dépoussiérage et une sortie du châssis et du HP de la boiserie que je ferais
après (elle est en bon état et a juste besoin d'être revernie).

J'ai aussi démonté la plaque qui représente le bonhomme qui court (l'insigne de Radio LL) et je l'ai mise sous
une pile de livre pour la dé-gondoler.

Mauvaise surprise, le HP, un électromagnétique, a la membrane toute recollée avec du papier kraft, ce qui
est sûrement très mauvais pour la tonalité. Ça fera l'objet d'une autre rubrique car je voudrais faire un article sur la
reconstruction d'une membrane de A à Z.

Tout les composants du poste sont montés sur une barrette à cosses, mais il en manque certains.
J'ai donc fait un schéma du câblage qui me permettra de reconstituer le schéma électrique du poste (que je n'ai
pas) et de re-câbler le poste d'une façon la plus proche de l'origine.

J'ai démonté aussi le bloc d'accord qui est sur un châssis séparé.
Là aussi, mauvaise surprise, le commutateur de gammes est soudé sur la position GO.
C'est une sorte de tige avec des cames qui appuient sur certains contacts pour les fermer.

J'ai ensuite viré le transfo , le CV , un trois cages complètement bloqué , toute la mécanique et enfin j'ai
fait sauter les rivets qui tiennent les supports de tubes.
Ensuite un bon nettoyage, ponçage et une belle peinture.
Par-contre je n'ai pas peint l'intérieur du châssis pour deux raisons :
  • 1) Il y a la signature du monteur d'origine du poste.
  • 2) La peinture risque de gêner pour les contacts de masse.

Puis remontage des supports de tubes après un contrôle, nettoyage, et polissage des parties inférieures des
blindages.
Du coté du câblage, ne pas oublier de mettre les cosses de masse au bons endroits car j'ai re-riveté tout les
supports comme à l'origine.
J'ai aussi remplacé tout les passe-fils qui étaient bien évidemment complètement cuits.

Sur la photo ci-dessous, on peut voir le dessous du châssis avec la signature dont je parlais plus haut.

LE BLOC DE BOBINAGES

Maintenant je m'attaque au bloc de bobinages.
Sur la photo ci-dessus, on peut voir les lames de contacts (qu'il a fallu toutes dessouder). Posée sur la table, à
droite du bloc, la grande tige qui comporte les cames de commutation.
Le cube noir devant c'est un condensateur double.

Puis un bon ponçage des boîtiers, que j'ai remonté de suite pour ne pas abîmer les bobinages du bloc,
ensuite le remontage de la came de commutation et un essai des contacts sur toute les gammes (PO GO OC).
Il faudra par la suite que je refasse aussi tout le câblage du bloc car les fils sont cuits.

LE CABLAGE

Câblage des lignes de masse, avec encore des cosses de masse à ne pas oublier au niveau des blindages des FI.
J'utilise du fil de cuivre rigide d'électricité de section 1,5mm² que je dénude, et éventuellement je remet du souplisso par dessus.

Puis câblage des circuits de filaments.
Ensuite il a fallu réparer les FI car les fils étaient coupés au niveau des soudures (les fils fin des bobines évidemment).

J'en ai profité pour re-câbler des fils de sorties neufs, car ces FI ne sortent pas sur des cosses mais ce sont des fils qui sortent du boîtier.

Puis bien sur un bon polissage des boîtiers, et remontage.
Le plus embêtant là dedans c'est d'arriver à remettre les contre-écrous à la bonne longueur pour que le boîtier
plaque bien sur le châssis du poste, car entre le boîtier et le châssis il y a une rondelle de carton, le tout
sans casser la bakélite du haut de la FI.
Puis remontage sur le châssis du poste (on aperçois les rondelles de carton sous les FI).
Sur la photo ci-dessus, on aperçois à l'arrière du châssis à droite la vis moletée de la masse. On faisait
bien les choses dans le temps...

Et encore un peu de câblage...
Comme je l'ai dit plus haut, il faut refaire le câblage du bloc de bobinage. Là pas de fils tirés au cordeau .
J'ai essayé de respecter les positions et les longueurs d'origine pour ne pas modifier les capacités parasites et les self-inductions, car je n'ai pas trop envie de tout avoir à ré-aligner.

Toujours du fil rigide de 1,5mm² entouré de gaine souplisso (j'en ai récupéré un rouleau d'époque en parfait état).

Les fils d'alimentation (+HT et polar) qui rentrent dans les bobines ont été changés aussi. Le bloc comporte aussi
deux bobines à air que j'ai du remonter après remise en place du bloc sur le châssis.

LE CONDENSATEUR VARIABLE

Comme je l'ai dit au début, le CV, un trois cages, était bloqué et plein de saletés entre les lames. J'ai donc décidé de le démonter.

Une précaution : bien repérer la position des divers éléments et bien les remettre à leurs positions respectives.

C'est pour cela que sur la photo ci-dessus à droite, tout est posé sur une feuille ou j'avais tout dessiné.
La petite boite en plastique à gauche sous les lames mobiles c'est les billes des roulements
(attention à ne pas en perdre une seule).
Toutes les pièces ont été nettoyées dans de l'essence "C", dans un bac à ultra-son .

Pour le remontage, j'ai utilisé plusieurs jeux de cales pour recentrer les lames.
Il faut de la patience et ne pas chercher à tordre une lame qui touche, et ensuite bien contrôler à l'ohmmètre
qu'il n'y a aucun court-circuit sur toute la rotation et toute les cages.

Photo ci-dessus, c'est le CV remonté sur le châssis. J'en ai profité pour changer les fils blindés qui partent
du CV aux grilles des tubes. Sous le CV il y avais des grosses cales de caoutchouc que j'ai du refaire en prenant
de la sangle de réservoir de camion (oui, oui).

LE TRANSFO 

La suite avec le transfo d'alimentation

Évidemment cordon secteur HS et les fils du sélecteur de tension qui n'avaient plus d'isolant.
Pour le voir, lorsque le sélecteur de tension est sur le capot du transfo comme ici , il faut
impérativement démonter ce capot pour voir dessous, en faisant très attention à ne pas tirer pour ne pas
casser les fils qui sortent de la bobine primaire (ils sont très fins).
J'ai donc dessoudé tout les fils en les repérant, j'ai remis du souplisso par dessus après avoir enlevé le
vieux, j'ai ressoudé, remis un cordon neuf mais d'époque et remonté le capot.
Ci-dessus, le transfo prêt. Ensuite une couche de peinture alu, en protégeant le sélecteur et le dessous,
Puis un test sous tension.
Le transfo reposé sur le châssis.
Câblage du transfo sur la valve et les filaments.
Chose pas courante, le cordon secteur entre directement sur le capot par un passe-fil (changé).

LA FIN DU CABLAGE

Après avoir remonté le transfo je me suis attaqué à la plaque à bornes en bakélite ou il y avais tout les composants.

La plaque à nue, après bien sûr un relevé complet du câblage et un démontage de tout les composants en évitant de
casser les cosses (il y en a quand même deux qui ont cassées).
Puis remplacement des fils de liaison, comme d'habitude, du fil lumière avec du souplisso autour.
Ensuite j'ai remonté la plaque dans le châssis avant de remettre les composants, car c'est plus facile après pour les ressouder 
Puis branchement des fils sur la plaque et remontage des composants neufs, ceux
qui manquaient ayant été déterminés par calcul à partir du schéma que j'avais retracé.
Le dessus du poste après avoir remis les fils blindés des grilles et brossé les blindages des tubes.

Aujourd'hui la partie électronique du poste fonctionne. J'ai juste mis les deux tubes manquant sur la
dernière photos, branché le HP (fiche bouchon, donc pas à le souder) et branché le
secteur.
J'ai oublié de préciser que j'ai évidemment mis des condensateurs de filtrage neufs.

Quel ne fut pas mon plaisir de l'entendre fonctionner du premier coup, sans rien avoir à ré-aligner.
Maintenant je doit finir la caisse et reconstruire la membrane du HP.

Quand au HP je vais faire une rubrique sur sa reconstruction, car je l'ai déjà fait et il suffit d'une grande feuille de
papier à dessin noir, d'un compas, d'acétone et de colle, et surtout beaucoup de patience...
Pour ma part c'est un "ancien" qui me l'a appris quand j'avais 12 ans

REMARQUES

Remarques :

1) Pour le dessus du châssis j'ai poncé avec une petite orbitale et les endroits difficiles d'accès avec
du papier de verre ensuite dégraissage et peinture (la bombe convient très bien si vous n'avez pas
de pistolet).

2) Pour le dégraissage : du white spirit ça vas très bien pour peindre après

J'utilise le pistolet quand j'ai plusieurs choses à faire de la même couleur bien souvent, et la
finition est meilleure qu'à la bombe

3) Mon châssis de radio LL était peint en bleu, c'est pour cela que je l'ai repeint de cette couleur mais
ce que j'utilise aussi, qui est simple à mettre en oeuvre et qui sèche en quelques minutes c'est la
peinture alu haute température en bombe. En plus la couleur vas bien pour le métal. Pour ce qui
est des cosses de masse, il suffit de mettre sous le rivet ou la vis une petite rondelle éventail qui
percera la peinture et assurera un bon contact.

4) Pour les rivets ce sont de petits rivets alu de 2 ou 3 mm de diamètre que je trouve chez les
revendeurs de pièces auto.

5) Pour les condensateurs c'est presque toujours des haute tension, et les résistance du 1/2 Watt mini quand c'est pas plus

LA BOISERIE

La boiserie était en bon état , juste un décapage et un verni au pistolet
Quelques photos
L'insigne une fois remise à plat :
La boiserie poncée :
Vernissage :
L'entourage du cadran :
l'entourage une fois monté :
Une fois terminé :
Et son châssis complet :
Un poste splendide , avec une électronique assez spéciale 
RADIO LL
Accueil


Copyright © 2017. Tous droits réservés.